Perspectives agricoles de l’UE pour la période 2021-2031

Les perspectives agricoles de l’UE sont publiées une fois par an et présentent les perspectives des principaux marchés agricoles, des revenus et de l’environnement de l’UE à 27. Elles reposent sur un ensemble d’hypothèses concernant les conditions macroéconomiques, l’environnement fixe de la politique agricole et commerciale ainsi que l’évolution des marchés internationaux.

Ces hypothèses sont à mettre en regard de conditions de marchés volatiles et difficilement prévisibles. Ainsi, ces perspectives agricoles correspondent aux tendances moyennes que les marchés agricoles devraient suivre dans un environnement macroéconomique donné, si les politiques restent inchangées.

Perspectives pour la période 2021 - 2031

Le rapport 2021 – 2031, paru le 9 décembre 2021, présente les perspectives à moyen terme pour les marchés, les revenus et l’environnement agricoles de l’UE à 27 d’ici à 2031.

De nombreux pays de l’UE devant encore soumettre leurs plans stratégiques de la politique agricole commune (PAC) dans le cadre de la nouvelle PAC (qui doit débuter en 2023), ces projections supposent un maintien des politiques agricoles et commerciales actuelles.

Cet article synthétise différentes perspectives relatives à la production de produits d’origine animale et à celle des fruits et légumes.

Lait et produits laitiers

Les objectifs de durabilité pourraient se traduire par un ralentissement de la croissance annuelle de la production laitière de l’UE (0,5 % par an), qui atteindra 162 millions de tonnes en 2031. Le cheptel laitier devrait se réduire (-1,5 million de vaches d’ici 2031) alors que la production de lait biologique (soutenue par des mesures d’aides publiques) devrait atteindre 8 % en 2031 contre 3,5 % en 2019.

Malgré le ralentissement de la croissance dans l’UE, celle-ci devrait rester le plus grand fournisseur de produits laitiers sur le marché mondial (30 % du commerce mondial de produits laitiers en 2031).

Viande

D’ici 2031, la consommation mondiale de viande devrait continuer à augmenter (+1,4 % par an), grâce à l’accroissement de la population et des revenus dans les pays en développement. À l’inverse, la consommation de viande par habitant dans l’UE devrait diminuer, passant de 67,8 kg par habitant en moyenne sur la période 2019-2021 à 67 kg de en 2031 (-0,1 % par an).

Les préoccupations des consommateurs en matière de production locale et biologique, d’empreinte environnementale et de bien-être animal (export d’animaux vivants sur de longues distances, élevage intensif, etc.) devraient jouer un rôle plus important dans les choix de consommation. La manière dont les préoccupations croissantes concernant la contribution des importations d’aliments pour animaux de l’UE à la déforestation influenceront le secteur de la viande n’est pas encore claire. Les considérations de santé seront également des facteurs d’évolution des habitudes de consommation avec la diminution voire l’arrêt de la consommation de protéines d’origine animale chez une part plus importante de la population.

La viande végétale ne devrait toutefois pas devenir un concurrent majeur de la viande au cours des dix prochaines années en raison de problèmes d’acceptation par les consommateurs et de prix. Les substituts de viande d’origine végétale (les simili-carnés) représentaient environ 1 % des ventes totales de viande en 2020. Ce secteur va gagner en importance mais ne représentera toujours qu’une petite part de marché.

La diminution de la consommation dans l’UE s’accompagnera d’une modification du panier de consommation :

Viande porcine

La consommation de viande porcine dans l’UE va continuer à baisser et la production va commencer à décliner. Dans l’UE, les préoccupations sanitaires, environnementales et sociétales devraient continuer à faire évoluer les préférences des consommateurs et peser négativement sur la consommation de viande de porc. En conséquence, la consommation de viande porcine de l’UE par habitant devrait diminuer de 0,5 % par an, passant de 32,5 kg en 2021 à 31 kg en 2031, conformément à la tendance de la dernière décennie.

Les conséquences de la peste porcine africaine, couplées à des possibilités d’exportation qui devraient progressivement se réduire dans l’ensemble, font que la production de viande porcine de l’UE devrait diminuer de 0,8 % par an sur la période 2021-2031 pour atteindre 21,5 millions de tonnes en 2031. L’UE devrait rester le premier exportateur mondial de viande de porc, avec une part de marché de 37 % en 2031, légèrement inférieure à sa part de marché de 40 % en 2021.

Viande de volaille

L’augmentation de la consommation de volaille dans l’UE pourrait ralentir, passant d’une hausse de 2 % par an entre 2011 et 2021 à une hausse de 0,5 % entre 2021 et 2031. En d’autres termes, la consommation par habitant pourrait passer de 23,5 kg en 2021 à 24,8 kg en 2031. Cette évolution devrait être portée par la poursuite des changements dans les préférences des consommateurs, découlant d’une image plus saine de la volaille par rapport aux autres viandes (notamment la viande de porc), de la plus grande commodité de sa préparation et de l’absence de contraintes religieuses concernant sa consommation.

S’adaptant rapidement à l’évolution de la demande, la production de volaille de l’UE devrait continuer à augmenter de 0,4 % par an au cours de la période 2021-2031, mais à un rythme plus lent qu’au cours de la dernière décennie (2,6 %), pour atteindre 14 millions de tonnes en 2031.

Viande bovine

La consommation de viande bovine devrait poursuivre sa tendance à la baisse, passant de 10,6 kg par habitant en 2021 à 9,7 kg par habitant en 2031 (-0,8 % par an), entraînant une baisse du cheptel total de vaches de l’UE de 2,1 millions de têtes (-7 %) d’ici 2031.

Viande ovine

La production de viande ovine de l’UE devrait augmenter légèrement de 0,3 % par an entre 2021 et 2031, pour atteindre 660 000 tonnes en 2031, grâce à un soutien publique, à une offre mondiale réduite et à une amélioration des prix à la production. La consommation de viande ovine par habitant dans l’UE devrait augmenter légèrement, passant de 1,3 kg par habitant en 2021 à 1,4 kg par habitant en 2031 (+0,7 % par an) grâce à la diversification du régime carné et à l’évolution des habitudes de consommation.

Fruits et légumes

D’ici 2031, la consommation de produits transformés devrait diminuer alors la consommation de fruits et légumes frais dans l’UE devrait augmenter, sous l’effet d’une sensibilisation accrue des consommateurs aux avantages d’une alimentation riche en fruits et légumes, ainsi que d’initiatives publiques visant à promouvoir leur consommation. Toutefois, il existe des différences importantes entre les secteurs et entre les pays de l’UE.

La superficie consacrée à la production biologique devrait atteindre 15 % du total des terres agricoles d’ici 2031.

Conclusion

D’ici 2031, la consommation mondiale de viande devrait continuer à augmenter (+1,4 % par an), tirée par l’accroissement de la population et des revenus dans les pays en développement. À l’inverse, la consommation de viande dans l’UE devrait continuer sa baisse, passant de 67,8 kg par habitant en moyenne sur la période 2019-2021 à 67 kg par habitant en 2031 (-0,1 % par an). Elle était de 69,8 kg par habitant en 2018.

Cette diminution de la consommation de viande de l’UE s’accompagnera d’une évolution du panier de consommation : moins de viande bovine et de viande porcine, principalement remplacées par de la viande volaille.

Les préoccupations des consommateurs européens en matière d’environnement, de santé et de bien-être animal sont amenées à jouer un rôle de plus en plus important dans les choix de consommation et dans le rééquilibrage des assiettes en faveur des protéines végétales.

Florimond Peureux, Président de l’ONAV.

Sur le même thème