Allemagne

Enfants et adolescents

Société allemande de médecine pédiatrique et adolescente, Vegetarian diets in childhood and adolescence – Position paper of the nutrition committee, German Society for Paediatric and Adolescent Medicine (DGKJ) (Les régimes végétariens dans l’enfance et l’adolescence – Position de la Société allemande de médecine pédiatrique et adolescente (DGKJ)), 2019

Dans les pays occidentaux, les régimes végétariens sont associés à des apports plus faibles en énergie, en acides gras saturés et en protéines animales et à des apports plus élevés en fibres et en substances phytochimiques, par rapport aux régimes omnivores. La question de savoir si les avantages correspondants pour la santé des végétariens l’emportent sur les risques de carences en nutriments n’a pas été entièrement clarifiée. Il convient de noter que les végétariens ont souvent un statut socio-économique plus élevé, suivent un mode de vie plus sain avec une activité physique plus importante, et s’abstiennent de fumer plus souvent que les non-végétariens. Les besoins nutritionnels des enfants et des adolescents en pleine croissance peuvent généralement être satisfaits par un régime alimentaire équilibré à base de végétaux ; cependant, en raison de leurs besoins plus élevés en nutriments par kilogramme de poids corporel, les enfants végétariens courent un risque plus élevé de développer des carences en nutriments que les adultes. Avec un régime végétarien, les apports moyens de certains nutriments, tels qu’en acide gras oméga-3 docosahexaénoïque (DHA), sont plus faibles que chez les omnivores ou les personnes qui mangent du poisson. Pour d’autres nutriments, tels que le fer et le zinc, la biodisponibilité via les aliments végétaux est réduite lorsque l’apport en phytates et en fibres est élevé ; ainsi, la prévalence de la carence en fer peut être augmentée malgré un apport élevé en vitamine C. En outre, la vitamine B12 n’est présente que dans les aliments d’origine animale. Les personnes de tous les groupes d’âge qui suivent un régime végétalien strict sans consommer de produits d’origine animale doivent se complémenter en vitamine B12. Un régime végétarien pendant l’enfance et l’adolescence nécessite une bonne information et une supervision par un pédiatre, si nécessaire, en coopération avec un spécialiste en nutrition dûment formé.

In Western countries, vegetarian diets are associated with lower intakes of energy, saturated fatty acids and animal protein and higher intakes of fibre and phytochemicals, compared to omnivorous diets. Whether the corresponding health benefits in vegetarians outweigh the risks of nutrient deficiencies has not been fully clarified. It should be noted that vegetarians often have a higher socioeconomic status, follow a more health-conscious lifestyle with higher physical activity, and refrain from smoking more often than non-vegetarians. The nutritional needs of growing children and adolescents can generally be met through a balanced, vegetable-based diet; however, due to their higher nutrient requirements per kilogramme of body weight, vegetarian children have a higher risk for developing nutrient deficiencies than adults. With a vegetarian diet, the mean intakes of some nutrients, such as the omega-3 fatty acid docosahexaenoic acid (DHA), are lower than in omnivores or those eating fish. For other nutrients, such as iron and zinc, the bioavailability from vegetable foodstuffs is reduced when the intake of phytates and fibre is high; thus, the prevalence of iron deficiency can be increased despite high vitamin C intake. In addition, vitamin B12 is only found in animal-source foods. Vitamin B12 should be supplemented in people of all age groups who follow a strict vegan diet without consuming animal products. A vegetarian diet in childhood and adolescence requires good information and supervision by a paediatrician, if necessary, in cooperation with an appropriately trained dietary specialist.

Femmes enceintes et allaitantes, nourrissons, les enfants et les adolescents

Les avis contradictoires de la Société allemande de nutrition et de l’Académie de Nutrition et de Diététique américaine sur l’alimentation végétale pendant la grossesse, l’allaitement et le début de la vie ont donnés lieu à une publication dans le European Journal of Clinical Nutrition. Il y est conclu que les “vegan diets are appropriate for pregnant and lactating women only if these women habitually use reliable B12 sources” (“les régimes végétaliens ne sont appropriés pour les femmes enceintes et allaitantes que si ces femmes utilisent habituellement des sources fiables de B12”).

Société allemande de nutrition, Vegan essen – klug kombinieren und ergänzen (Mangez végétalien – combinez et complétez judicieusement), 2018

Un régime végétalien n’est pas recommandé aux femmes enceintes et allaitantes. Les nourrissons, les enfants et les adolescents ne doivent pas non plus être nourris avec un régime végétalien. Ces groupes présentent un risque plus élevé de carence en nutriments en raison de leurs besoins accrus en nutriments lorsqu’ils sont nourris selon un régime végétalien, ce qui peut contribuer à des problèmes de santé.

Eine vegane Ernährung ist für Schwangere und Stillende nicht empfehlenswert. Auch Säuglinge, Kinder und Jugendliche sollten nicht vegan ernährt werden. Diese Gruppen haben aufgrund ihres gestei-gerten Nährstoffbedarfs bei einer veganen Ernährung ein höheres Risiko für einen Nährstoffmangel und dieser kann zu gesundheitlichen Beeinträchtigungen beitragen.

Adultes

Société allemande de nutrition, Vegan essen – klug kombinieren und ergänzen (Mangez végétalien – combinez et complétez judicieusement), 2018

Un régime végétalien bien planifié a souvent une composition plus favorable en termes de fibres, de légumes et de fruits que le régime mixte habituel en Allemagne. Néanmoins, un apport suffisant d’un certain nombre de nutriments n’est pas garanti. Par conséquent, le choix des aliments doit souvent être complété par des préparations nutritives ou des aliments enrichis.

Eine gut geplante vegane Ernährung hat in Bezug auf Ballaststoffe, Gemüse und Obst häufig eine günstigere Zusammensetzung als die in Deutschland übliche Misch- kost. Dennoch ist eine ausreichende Versorgung mit einer Reihe von Nährstoffen nicht sichergestellt. Daher muss die Lebensmittelauswahl häufig mit Nährstoff-präparaten bzw. angereicherten Lebensmitteln ergänzt werden.

Société allemande de nutrition, Vegane Ernährung – Position der Deutschen Gesellschaft für Ernährung e. V. (DGE) (Nutrition végétalienne – Position de la société allemande pour la nutrition (DGE)), 2016

La position de la société allemande pour la nutrition (DGE) sur la nutrition végétalienne est basée sur la littérature scientifique actuelle. Dans un régime strictement végétal, un apport suffisant de certains nutriments n’est pas possible, ou plus difficilement. Le nutriment le plus critique est la vitamine B12. Parmi les autres nutriments potentiellement critiques dans un régime végétalien, on trouve les protéines ou les acides aminés essentiels et les acides gras n3 à longue chaîne, ainsi que d’autres vitamines (riboflavine, vitamine D) et minéraux (calcium, fer, iode, zinc, sélénium). La DGE ne recommande pas un régime végétalien pour les femmes enceintes, les femmes allaitantes, les nourrissons, les enfants et les adolescents. Une personne souhaitant avoir une alimentation strictement végétale doit se complémenter durablement en vitamine B12, faire attention à avoir un apport suffisant en nutriments et utiliser, si nécessaire, des préparations alimentaires et nutritives enrichies. À cette fin, il convient de consulter un nutritionniste qualifié et de d’être suivi régulièrement par un médecin.”

Die Deutsche Gesellschaft für Ernährung e. V. (DGE) hat auf Grundlage der aktu-ellen wissenschaftlichen Literatur eine Position zur veganen Ernährung erarbeitet. Bei einer rein pflanzlichen Ernährung ist eine ausreichende Versorgung mit einigen Nährstoffen nicht oder nur schwer möglich. Der kritischste Nährstoff ist Vitamin B12. Zu den potenziell kritischen Nährstoffen bei veganer Ernährung gehören außerdem Protein bzw. unentbehrliche Aminosäuren und langkettige n3-Fettsäuren sowie weitere Vitamine (Riboflavin, Vitamin D) und Mineralstoffe (Calcium, Eisen, Jod, Zink, Selen). Für Schwangere, Stillende, Säuglinge, Kinder und Jugendliche wird eine vegane Ernährung von der DGE nicht empfohlen. Wer sich dennoch vegan ernähren möchte, sollte dauerhaft ein Vitamin-B12-Präparat einnehmen, auf eine ausreichende Zufuhr v. a. der kritischen Nährstoffe achten und gegebenenfalls an-gereicherte Lebensmittel und Nährstoffpräparate verwenden. Dazu sollte eine Bera-tung von einer qualifizierten Ernährungsfachkraft erfolgen und die Versorgung mit kritischen Nährstoffen regelmäßig ärztlich überprüft werden.

Tous publics

Ministère de la santé, Ministère de l’agriculture, Vollwertig essen und trinken nach den 10 Regeln der DGE (Manger et boire des aliments complets selon les 10 règles de la DGE), 2013

Aucune occurrence des termes “vegetarier” ou “veganer”.

Sur le même thème
Voir plus

Suisse

Enfants et adolescents Fédération des Médecins Suisses, Alimentation végétarienne et végane chez les enfants et adolescents, 2018 “Pour…
Voir plus

Inde

Tous publics Ministère de la santé, Dietary guidelines for Indians – a manual (Recommandations alimentaires pour les indiens…
Voir plus

Malaisie

Enfants et adolescents Ministère de la santé, Malaysian Dietary Guidelinesfor Children and Adolescents (Recommandations alimentaires malaisiennes pour les…
Voir plus

Émirats arabes unis

Tous publics Ministère de la santé et de la prévention, United Arab Emirates Dietary Guidelines (Recommandations alimentaires des…